Le recours à des stratégies de recherches efficaces par les élèves du secondaire a été multiplié par six grâce à CTRL-F, un programme novateur mis en œuvre dans 78 écoles.

TORONTO, le 7 déc. 2021 /CNW/ – Les élèves canadiens ne sont pas très habiles lorsqu’il s’agit de vérifier la fiabilité des informations en ligne et, à plusieurs égards, leurs lacunes en matière d’éducation aux médias sont préoccupantes. C’est ce que révèle une étude nationale menée auprès de 2 324 élèves du secondaire. Toutefois, la même étude présente également des résultats encourageants : il semble en effet qu’en enseignant à ces mêmes élèves des techniques simples pour discerner le vrai du faux en ligne, leurs compétences en la matière s’améliorent rapidement.

Cette étude menée en  2020-2021 a été la première à examiner ce que font réellement les élèves du Canada lorsqu’on leur demande d’évaluer la fiabilité des sources et des affirmations en ligne. Les résultats de cette recherche sont présentés dans le rapport « L’urgence de repenser l’enseignement de la littératie numérique », publié cette semaine par CIVIX, un organisme de bienfaisance canadien qui contribue au développement des compétences et des habitudes citoyennes chez les jeunes d’âge scolaire.

« Lorsqu’il s’agit de comprendre les informations que nous voyons en ligne, les défis sont grands », affirme Taylor Gunn, président de CIVIX. « Nous avons pu le constater avec la pandémie ainsi qu’avec la polarisation des opinions politiques. Les informations fausses et trompeuses sont nombreuses et les internautes n’ont souvent ni la motivation ni les habiletés nécessaires pour déterminer quelles sont les informations auxquelles ils peuvent se fier. Mais pour ce qui est des élèves, CIVIX détient une partie importante de la solution. »

L’étude a été menée afin de mesurer l’impact de CTRL-F, un programme d’éducation aux médias numériques conçu par CIVIX, et destiné à proposer aux enseignants des stratégies de vérification de l’information à la fois efficaces et adaptées au contexte numérique actuel.

À l’heure actuelle, une des  raisons principales pour lesquelles les élèves s’en sortent aussi mal est qu’ils appliquent des stratégies de lecture verticale (lecture attentive d’un site Web) qui leur sont généralement enseignées à l’école. Ces dernières prennent souvent la forme de listes de critères sur lesquels les élèves doivent s’appuyer pour déterminer la crédibilité d’une source ou d’une affirmation. On leur demande par exemple de vérifier certains indices superficiels, tels que  les coordonnées, le nom des auteurs ou autrices, la présence ou non de publicité, etc. De telles stratégies génèrent souvent des résultats contradictoires et  peuvent facilement conduire les élèves sur de fausses pistes.

En comparaison, les stratégies de lecture « latérale » mises de l’avant par le programme CTRL-F reposent sur des techniques simples permettant de  trouver des informations contextuelles pertinentes, et ce ailleurs que sur le site Web consulté. Les élèves apprennent à effectuer des recherches par mots-clés afin de vérifier des affirmations ou à utiliser Wikipédia pour en apprendre un peu plus sur la réputation des sources qu’ils consultent. Ce sont des techniques que les vérificateurs de faits professionnels utilisent pour arriver rapidement à des conclusions éclairées quant à la véracité de l’information en ligne.

Au cours de l’année scolaire 2020-2021, les élèves ont complété des tests visant à mesurer leur capacité à évaluer les sources et les affirmations en ligne, avant et après avoir suivi le programme CTRL-F.

Voici quelques-unes des principales conclusions de l’étude « L’urgence de repenser l’enseignement de la littératie numérique » :

  • Avant de suivre le programme, la majorité des élèves utilisent des stratégies qui peuvent les induire en erreur. Lors du prétest, plus des trois quarts (79 %) ont rapporté avoir utilisé au moins une stratégie de lecture verticale pour étayer leur conclusion.
  • Les stratégies de lecture attentive (verticale) ne sont pas efficaces. Par exemple, seulement 6 % des élèves ont pu cerner les intentions réelles d’un groupe d’intérêt lors du prétest.
  • Le recours à la lecture latérale est multiplié par six après le programme CTRL-F, passant de 11 à 59 %.
  • La lecture latérale aide les élèves à obtenir la bonne réponse pour les bonnes raisons. Avant CTRL-F, les élèves faisaient référence à des informations contextuelles pertinentes 9 % du temps pour étayer une réponse exacte à une question de type vrai ou faux. Après le programme, ce chiffre est passé à 50 %.
  • Les compétences acquises dans le cadre de CTRL-F perdurent. Un second post-test distribué six semaines après la fin du programme CTRL-F ne montre aucune diminution du recours aux stratégies de lecture latérale.

Cette étude a été menée par des évaluateurs externes de la City University of New York (CUNY). Le Stanford History Education Group, dont les recherches initiales ont servi à la conception de l’étude, a également été consulté.

« Les élèves ont fait des progrès remarquables en matière de vérification de l’information en ligne, et ce grâce à des stratégies efficaces », explique la Dre Patricia Brooks, psychopédagogue à la CUNY. Celle qui a dirigé la recherche ajoute : « L’un des progrès les plus importants concerne l’utilisation de Wikipédia. Les enseignant.e.s disent souvent aux élèves de ne pas utiliser Wikipédia, mais c’est en fait un excellent point de départ pour se renseigner sur un sujet méconnu. »

Les enseignant.e.s participant.e.s ont accepté d’enseigner le programme CTRL-F dans son intégralité (d’une durée totale d’environ sept heures) à leurs élèves et d’assister à une session de formation virtuelle de deux heures avant de commencer leur enseignement.

Mike Caulfield, spécialiste de l’éducation aux médias numériques au Center for an Informed Public, de l’Université de Washington, a participé à l’élaboration des ressources du programme CTRL-F et à la formation des enseignant.e.s. « Les enseignant.e.s qui utilisent d’anciennes méthodes pour enseigner l’éducation aux médias se rendent souvent compte que quelque chose ne fonctionne pas », explique-t-il. « Mais sans savoir exactement quoi. Avec la formation et les ressources adéquates, les changements peuvent être spectaculaires. »

CIVIX prévoit de diffuser le programme CTRL-F à grande échelle afin d’encourager l’utilisation de la lecture latérale dans l’ensemble du système scolaire. L’objectif est de transformer la façon dont l’éducation aux médias numériques est enseignée.

« Les élèves acquièrent des compétences qui les mènent inévitablement à l’échec. Nous ne pouvons pas nous permettre de maintenir le statu quo », a déclaré M. Gunn. « Nous avons pu aboutir à des résultats extraordinaires simplement en fournissant aux enseignant.e.s un programme pédagogique adapté et une seule session de formation. Imaginez quel impact nous aurions sur le développement d’une citoyenneté bien informée si tout le monde avait accès à ce programme. »

Pour plus d’informations concernant le programme CTRL-F et pour télécharger l’étude, visitez le site Web : www.ctrl-f.ca/fr

SOURCE : CIVIX

Pour toute question, veuillez contacter Dana Cotnareanu à l’adresse suivante : [email protected]

Liens connexes

civix.ca